Relief 'Maternité' by Léon Indenbaum
Relief 'Maternité' by Léon Indenbaum
Relief 'Maternité' by Léon Indenbaum
Relief 'Maternité' by Léon Indenbaum
Relief 'Maternité' by Léon Indenbaum
Relief 'Maternité' by Léon Indenbaum

Relief 'Maternité' 1917

Léon Indenbaum

BronzeMétal
173 ⨯ 26 ⨯ 2 cm
Prix sur demande

Dille Art

  • Sur l'oeuvre d'art

    This beautiful and lovely relief 'Maternité' is a beautiful work by Léon Indenbaum from 1917. Indenbaum has depicted his wife and muse Céline Hénin here with their daughter Dinah. But not as a usual portrait, he has partly portrayed Céline from behind with her daughter Dinah on her arm. This work is one of the panels Indenbaum made for the house of Jacques Doucet. He has made several representations on wooden panels, which came from an old stairwell of a castle. Indenbaum withheld this panel, he had become too attached to it. He had, as it were, displayed his own happiness in this work. Fortunately it was not lost. The family had this panel cast in bronze posthumously, with the reason that they would like to bring the work of their grandfather to the attention. Indenbaum is known to connoisseurs, but not to the general public. These posthumous works are therefore a first and last edition of a maximum of 12 copies. Each sculpture is numbered and officially registered, maximum 8 copies numbered 1-8 and four copies signed EA I to EA IV. (EA stands for Epreuve d'Artiste). This is number 4/8. More copies will not be cast either. This work also includes an official certificate signed by Léon Indenbaum's grandson. The work and certificate are also registered with ADAGP (Société des authors dans les arts graphiques et plastiques) in Paris. The work is signed with 'Indenbaum', 'Cire perdue' and the hallmark of the bronze founder 'FBL', (Fonderie de Bronze Lauragaise).

  • Sur l'artiste

    Léon Indenbaum (Tcherikov, aujourd'hui Biélorussie, 1890 - Opio, 1981), était un sculpteur franco-russe appartenant au groupe d'artistes de l'École de Paris. Son art était novateur, inspiré des classiques, mais aussi de l'art africain, du cubisme et de l'expressionnisme.

    Indenbaum a grandi dans le shtetl (village juif d'Europe de l'Est) Tcherikov, avec son grand-père, qui était relieur de livres d'art. Après l'école primaire, il suit une formation de menuisier. Le directeur de cette école le jugea si talentueux qu'il s'arrangea pour qu'il fréquente l'Académie des Arts Décoratifs de Vilnius.

    Après cette formation, Indenbaum en voulait plus et fut admis à l'Académie impériale d'Odessa. Il l'a vécu pendant quelques années jusqu'à ce qu'il coche une mauvaise case sur un formulaire, il avait accidentellement signé pour 5 ans de service militaire dans l'armée impériale. Il avait déjà des contacts avec un ami artiste qui était à Paris, où tant de choses se passaient dans le domaine de l'art. Indenbaum parvient à s'échapper de Vilnius avec l'aide d'un ingénieur et arrive à Paris en mars 1911.

    Il s'est retrouvé à « La Ruche » à Montparnasse, sorte de village d'artistes. La Ruche était un bâtiment circulaire, il servait de pavillon des vins à l'Exposition universelle de 1900 et fut reconstruit par l'artiste à succès Alfred Boucher. Boucher voulait donner aux artistes pauvres une chance de se consacrer entièrement à leur art. La Ruche était un grand bâtiment rond plein de studios, chaque pièce avait la forme d'une part de tarte, au point un espace pour une cuisine et des rangements et au dessus de la porte se trouvait un petit loft où l'on pouvait dormir, souvent un tel studio devait également être encore à partager.

    Indenbaum a obtenu un studio au 2e étage, à côté de Chagall, qui, comme lui, venait lui aussi d'arriver de Russie. Indenbaum a vécu à La Ruche jusqu'en 1927. Il a eu un deuxième atelier à Montparnasse pendant un certain temps.

    Au total, environ 200 artistes vivaient à La Ruche, beaucoup d'entre eux venaient d'Europe de l'Est et beaucoup d'entre eux étaient juifs. Certains d'entre eux sont devenus mondialement connus avec leur art, pensez à Chaïm Soutine, Ossip Zadkine, Jacques Lipschitz, Chana Orloff, Michael Kikoïne, Moïse Kisling, Amadeo Modigliani pour n'en citer que quelques-uns.

    De 1911 à 1919, Indenbaum étudie la sculpture à l'Académie La Grande Chaumière avec le sculpteur et peintre Antoine Bourdelle, d'abord comme élève, puis comme assistant.

    En 1912, Indenbaum exposait déjà au Salon d'Artistes Indépendants de Paris, il était très pauvre et son choix de matériaux était bon marché. Jacques Doucet, le grand collectionneur d'art et célèbre couturier, a vu un buste d'Indenbaum et l'a convoqué chez lui, il voulait le même buste réalisé dans une matière différente, Indenbaum a réussi à obtenir un morceau d'onyx. Doucet était très content et a demandé à Indenbaum de faire un relief pour sa salle à manger ronde. Indenbaum touchait 1000 francs par mois. Indenbaum avait trouvé son patron. Il a réalisé l'un de ses reliefs les plus impressionnants, intitulé 'Musiciens et antilopes' de 1914, en onyx rose. Il a été adjugé chez Christie's en 2004 pour 3,3 millions d'euros.

    Outre Jacques Doucet, le couturier René Poiret, les banquiers George et Marcel Bénard et le décorateur, designer et collectionneur Marcel Coard étaient des clients réguliers des sculptures et reliefs de Léon Indenbaum.

    Léon tombe amoureux de Céline Hénin, elle devient sa muse et sa femme, fin 1914 ils eurent une fille, Dinah. Indenbaum allait bien. Il avait de nombreux amis, comme les artistes Chaim Soutine, Amadeo Modigliani, avec qui il partagea aussi un temps un atelier, Tsuguharu Foujita, Chana Orloff, Michael Kikoïne, et Diego Rivera.

    Amadeo Modigliani et Diego Rivera ont tous deux dépeint Indenbaum en 1913 et 1916. Indenbaum lui-même a également dépeint plusieurs de ses amis. Ce fut la période la plus heureuse de sa vie.

    Avec le krach boursier de 1929, la vie est devenue beaucoup plus difficile, les gens ont perdu leur fortune et n'ont plus les moyens d'acheter des œuvres d'art. La situation politique en France a également changé. Les artistes de La Ruche et de Montparnasse étaient pour la plupart des migrants, au Salon de Paris ils n'avaient pas le droit de fréquenter les artistes français, un critique d'art, André Warnod, leur avait donné le surnom d'« École de Paris », pour montrer que cette innovation l'art d'avant-garde était aussi l'art français. Dans les années 1930, ce nom était utilisé de manière péjorative, ils étaient méprisés, leur art était qualifié de dépravé et parce que beaucoup d'entre eux étaient juifs, il y avait aussi de l'antisémitisme. Ils ont été ignorés dans la presse et à la fin des années 1930, ils n'étaient plus autorisés à exposer. Certains artistes sont partis à l'étranger. Lorsque la guerre a éclaté, beaucoup ont dû fuir ou se cacher. Indenbaum a également dû quitter Paris précipitamment. Il trouva une cachette dans un village de Seine et Marne, où il se procurait toujours son argile. Il a eu de la chance et a survécu à la guerre, plus de 60% des artistes juifs de La Ruche sont morts dans les camps.

    Après la guerre, Indenbaum s'installe à nouveau à Paris. Son atelier avait été pillé et ce qui en restait était parfois détruit. Il vivait très renfermé. Il avait déjà été séparé de Céline avant la guerre, sa fille vivait dans le sud de la France. Ses amis n'avaient pas survécu à la guerre ou étaient devenus beaucoup trop commerciaux à ses yeux.

    Il n'a jamais voulu s'engager dans une galerie, il sentait qu'il vendait son âme, son indépendance d'artiste était en jeu, le résultat était qu'il était ignoré par une grande partie du monde de l'art. Ses amis désormais célèbres avaient signé et ils allaient bien. Indenbaum ne voulait rien de plus que de travailler en toute liberté, mais ce faisant, il a jeté ses propres lunettes. Il a également refusé, par exemple, les grandes commandes de l'État français pour des travaux sur des monuments et des façades d'édifices particuliers.

    En 1968, Indenbaum reçoit le prestigieux Prix de sculpture Georges Wildenstein de l'Institut de France pour l'ensemble de son œuvre. Ces dernières années, il a vécu avec sa fille à Opio. Il est décédé à l'âge de 91 ans. Une longue vie entièrement consacrée à la création artistique.

    Le travail de Léon Indenbaum est visible dans divers musées, notamment aux États-Unis, en Suisse, en Russie, en Biélorussie, en Israël et bien sûr en France. Parfois, son travail est également vendu aux enchères dans les grandes maisons de vente aux enchères telles que Christies, Sotheby's et MacDougall à Londres.

Êtes-vous intéressé par l'achat de cette oeuvre?